#JMPS 2021 – Perspectives de survivants

Ceux qui ont eu le malheur d’essayer vous le diront : le suicide n’est pas un jeu, ni une théorie philosophique, encore moins un absolu.
Article Le fantasme nuisible – Ut Fortis

De l’intérieur
Témoignages sans fioritures d’un processus complexe qu’on ne souhaite à personne.

Pas de choix quand on est KO

Parfois l’individu est tellement affaibli qu’il n’a pas la force de pouvoir s’élever. Il y a certains traumas, certains chocs qui sont tellement forts qu’ils mettent KO l’individu.
Souvent, pour les proches, c’est extrêmement déstabilisant. Ils ont parfois l’impression de se sentir trahis mais il faut savoir que la personne qui est dans la situation (suicidaire), ne vit plus que par le prisme de ses propres perceptions et elles sont floutées…

Chris, 44 ans, survivante, engagée bénévole.
Extrait audio conférence zoom – mars 2021 (49 secondes).

Fantôme ?

« Essayer d’expliquer. Et puis devenir « passive » (fantôme) avant l’heure pour avoir la paix. »

Animation de « Azur » (16 ans, hypersensible, après s’être remise d’épisodes d’automutilation et d’idées suicidaires)

Importance du lien

« Le fait de ne plus pouvoir rien faire sauf utiliser le téléphone et garder un lien avec « l’extérieur »…

Photo témoignage de « Crackhead » (15 ans, ancienne victime de viol, survivante).

« Qu’est ce que j’allais faire de ma vie ? »

Extrait interview radiophonique La Première La Réunion / France.

« La face défigurée d’un homme reste un visage« …
(Citation du poète, essayiste Bernard Noël)

Reportage TVA Nouvelles Canada (1 min 54).

C’était mieux avant ?

Elève de classe préparatoire, fugueur, chômeur sans domicile fixe, enfant modèle… Même combat. Reportage de 1986. Archive de l’Institut National de l’Audiovisuel (France).

Espoir

Face à la contagion suicidaire

Qu’est-ce que la contagion suicidaire ? Les personnes exposées directement ou indirectement à un événement suicidaire sont plus à risque d’avoir des idées suicidaires, ou même de passer à l’acte. Au niveau individuel, être exposé à un suicide multiplierait de 2 à 4 fois le risque de passage à l’acte. Au niveau collectif, les exemples de suicides en séries dans les institutions (hôpitaux, entreprises, prisons, écoles, etc.), les corps de métiers (police, armée, médecins, etc.) ou les lieux à risque (voies ferrées, ponts, falaises, forêts, etc.) sont fréquents.

Au niveau national, les étudiants d’écoles de journalisme et des journalistes en activité sont sensibilisés aux enjeux d’un traitement médiatique du suicide précautionneux et conforme aux recommandations de l’OMS. (Source)

Maggie et Claudia ajoutent leur voix dans le cadre de la campagne « Le suicide n’est pas une option », initiative de l’Association québécoise de prévention du suicide avec le soutien de l’Ordre des psychologues du Québec.
(2 minutes).

Engagement (témoignage) de Serge (sénior) avec Suicide.ca (2 minute).
Sous-titrage actif, cliquez sur le bouton.

« Wait! » Un jeu vidéo crée par un développeur survivant qui évoque la prévention.

Wait ! est un jeu vidéo psychologique très documenté crée par un développeur qui a connu la crise suicidaire. Sorti en 2020 sur Steam, en cinq langues (Anglais, Français, Russe, Allemand, Japonais et Chinois), le jeu permet de vivre la vie de Will, simple employé de bureau, ni héros, ni magicien, qui essaie de sauver des gens au légendaire pont du suicide. Jeu vidéo à 1 joueur à part entière. C’est aussi de la prévention.

Le saviez-vous ?

Cet article relaie des documents numériques francophones disponibles ou basés sur le volontariat bénévole. Il existe encore trop peu de documents en ligne non prosélytistes pour la prévention du suicide au regard des statistiques et des pays concernés. Afrique, Asie, Amériques, Europe, Océanie… Contrairement à certaines idées reçues, 77% des suicides officiellement répertoriés dans le monde en 2019 provenaient de pays à revenus faibles ou moyens. (Statistiques International Association for Suicide Prevention). Le tabou sur le sujet vulnérabilise les personnes déjà fragilisées et peut malheureusement permettre leur instrumentalisation. La prévention du suicide a des résultants probants. Des ressources référentes et gratuites existent. Parlons-en et si besoin faisons passer le message.

Pourquoi sensibiliser ?

– Parce que la crise suicidaire peut être surmontée mais il faut demander de l’aide car elle peut être trop intense. Auparavant, avez-vous pensé au plan de sécurité (élaboré par des soignants et mis à disposition) ? Lien

– Parce qu’avoir connu un proche qui s’est suicidé est perturbant et peut nous fragiliser, surtout si on traverse une période délicate (familialeprofessionnelle, économique, de santé). Avez-vous pensé à en parler ?
Lien pour le guide de gestion d’excès de stress en 8 langues de l’OMS / Lien ressources écoutes.

#JMPS 2021 – Spectacle international « Ut Fortis (L’histoire musicale d’une lutte intérieure) »: Arts et prévention – L’Interview croisée de Mary Bichner et GK Noland.

« Ut Fortis – L’histoire musicale d’une lutte intérieure » sera en diffusion sur Tv Tours-Val de Loire le samedi 11 septembre 2021 à 20H45. Engagement pour la prévention du suicide pour Mary Bichner, synesthète, compositrice et vocaliste et GK Noland, vocaliste soul et danseur, artistes du spectacle.

Le show aura rassemblé pour sa conception, des expertises des quatre continents pour une thématique particulière.

L’histoire musicale d’une lutte intérieure
– Introduction
– 1. les chaînes mentales
 2. Les répercussions sur le corps
– 3. Pourquoi construire ?
– 4. Les dissonances
– 5. La violence des préjugés
– 6. Le sentiment d’injustice
– 7. L’exploration
– 8. Histoire d’un retour à soi
– 9. La notion de plénitude
– 10. Finale

Comment Mary Bichner et GK Noland ont-ils vécu cette prévention partagée ?
Interview croisée de deux artistes clés !

Extrait – « Crise de panique » avec GK Noland

Ut Fortis Initiative : Pourquoi avoir accepté de collaborer à « Ut Fortis », projet solidaire de prévention du suicide ?

Mary Bichner : Je suis une grande admiratrice de l’étonnante compositrice Christina Goh et de son merveilleux travail, et j’ai été très honorée qu’elle m’invite à prendre part à un projet aussi beau et puissant. La prévention du suicide est un sujet tellement important, et je suis très reconnaissante à Christina d’avoir créé « Ut Fortis » afin de faire la lumière sur ce sujet et de nous rapprocher les uns des autres.

GK Noland : La cause est noble en mon sens, il y a beaucoup de personnes touchées de près ou de loin par cet acte. En parler d’une manière moins formelle permet de sensibiliser davantage mais avec une communication différente.

Sur scène, avez-vous ressenti votre pratique artistique différemment ou à ce niveau, était-ce d’abord une scène avant d’être de la prévention ?

G.K. : J’ai dès le départ été porté par la thématique. Il s’agissait pour moi de véhiculer un message fort, au travers de la pratique artistique, dans cette mise en scène j’interprète la libération par le corps, le mouvement. Donc d’abord la prévention et ensuite l’artistique.

M.B. : Pendant l’événement, j’ai eu l’impression que tous les artistes, l’équipe et les membres du public étaient très en phase avec le message du spectacle. C’était un concert très émouvant.

« La mise en scène du spectacle nous invite à réfléchir et démontre les mécanismes qui amènent à poser un tel acte. »
G.K. Noland

Participer à ce projet a-t-il modifié votre perspective sur le suicide, sa prévention ou confirmé ce que vous saviez déjà ?

M.B. : En participant à « Ut Fortis », j’ai pu approfondir mes connaissances sur la prévention du suicide grâce à l’aide et aux recherches faites pour le spectacle.

G.K. : La mise en scène du spectacle nous invite à réfléchir et démontre les mécanismes qui amènent à poser un tel acte. Personnellement avant UT Fortis, je ne m’y étais pas vraiment intéressé… ou dirais je que je n’étais pas conscient de ce cheminement vers la fatalité. Dans le monologue de Christina, les émotions évoluent progressivement… Ce qui est frappant, c’est que ces comportements ou émotions ressentis par le personnage sont aussi communs à ceux de toute personne triste ou en souffrance. 

Quelle a été la réaction de votre entourage, de votre staff en apprenant que vous participiez à un projet artistique de prévention du suicide ?

G.K. : Il y a toujours eu une petite réaction des personnes avec qui j’en ai parlé. De l’étonnement.
Par le biais de la comédie musicale j’ai trouvé que le sujet était plus accessible, cela « dédramatise » un sujet plutôt sérieux… En bref, le tabou est en quelque sorte rompu.

M.B. : Toutes les personnes qui ont eu connaissance du projet ont été très touchées et ont voulu en savoir plus. Je suis très reconnaissante à Christina d’avoir rassemblé et partagé sur son site Web de nombreuses ressources utiles sur la prévention du suicide, en français et en anglais, que j’ai pu à mon tour partager avec d’autres personnes.

Que retiendrez-vous de votre participation à ce projet ?

G.K : Je retiendrai  le duo de Christina & Mary Bichner. Un moment suspendu dans le temps, je l’ai trouvé magnifique et chargé en émotion. Les monologues de Christina. Je les ai trouvés assez émouvants et précis.

M.B. : Comme Christina l’explique à la fin de son clip pour Fleur d’eau, il s’agit de « commencer par en parler ».
Par le passé, j’ai toujours été très reconnaissante envers ceux qui sont venus me voir lorsque je traversais des moments difficiles, pour me demander comment je me sentais et si je voulais parler de quelque chose, afin de me rappeler que je n’étais pas seule et de m’aider à m’en sortir. Je veux continuer à faire de même pour les autres, et je pense que « Ut Fortis » est un bel exemple du pouvoir de cette pratique.

Extrait du spectacle « synesthésie et heureuses surprises » avec Mary Bichner

Aimeriez-vous rajouter quelque chose ?

M.B. : Merci beaucoup à Christina Goh de m’avoir invitée à prendre part à ce projet important et marquant !

« Ut Fortis – L’histoire musicale d’une lutte intérieure » en diffusion le samedi 11 septembre 2021 à 20H45 sur TV Tours Val De Loire et tvtours.fr à l’occasion de la Journée Mondiale de Prévention du Suicide.
A partir du 11 septembre 2021, la vidéo HD du spectacle sera disponible gratuitement pour les associations et structures dédiées à la prévention du suicide (projections / débats / moments de rencontres).

L’oeuvre « Double Trinome » avec Mary Bichner et GK Noland, viendra clôturer ce mois de prévention.

Pourquoi sensibiliser ?

– Parce que la crise suicidaire peut être surmontée mais il faut demander de l’aide car elle peut être trop intense. Auparavant, avez-vous pensé au plan de sécurité (élaboré par des soignants et mis à disposition) ? Lien

– Parce qu’avoir connu un proche qui s’est suicidé est perturbant et peut nous fragiliser, surtout si on traverse une période délicate (familialeprofessionnelle, économique, de santé). Avez-vous pensé à en parler ?
Lien pour le guide de gestion d’excès de stress en 8 langues de l’OMS / Lien ressources écoutes.


La citation virale sur le Net de Friedrich Nietzsche (1844 – 1900) sur le suicide

« La pensée du suicide est une puissante consolation. Elle aide à bien passer plus d’une mauvaise nuit. »

Cette citation, extraite de l’ouvrage « Par-delà le bien et le mal. Prélude d’une philosophie de l’avenir  » (1886) de Friedrich Nietzsche est virale sur l’Internet. Qui est Nietzsche ? Et quel est le contexte de de la citation précédemment évoquée ?

Friedrich Nietsche, à 17 ans

Génie, probablement surdoué et hypersensible (?), Friedrich Nietzsche fût un compositeur, improvisateur, philosophe, critique, poète, écrivain, dont certains écrits ont profondément marqué le monde occidental.


Né en Prusse d’un père pasteur évangélique, précepteur de membres de la famille royale de Prusse, qui souffrit de « maux de tête violents » jusqu’à sa mort soudaine suivie de celle du petit frère de Friedrich quand ce dernier est âgé de 4 ans. Le philosophe grandit avec sa mère (elle-même fille de pasteur) et sa sœur cadette.

Poète, compositeur et dramaturge à 9 ans, élève brillant à 14 ans, il s’interroge sur la nature de Dieu et la Trinité (« Dieu le père, le fils et le diable ») à 15 ans, rédige des récits philosophiques et est nommé à 24 ans à la chaire de philologie classique de l’Université de Bâle. Problèmes de santé physiques et psychiques le font démissionner. Dépressions, crises de paralysie, effondrement cérébral jusqu’à l’état végétatif (dès 1892) avant sa mort à 56 ans. Nietzsche, aura refusé de succomber à l’antisémitisme (sa sœur épouse un activiste antisémite), à la religiosité (sa mère l’accusera d’avoir tué le Christ). Entre fuite apeurée pour sortir d’une maison de prostitution où on l’avait invité, et crises de larmes en public pour la souffrance d’un cheval de calèche maltraité, entre autres incidents de vie, éprouvé, Friedrich Nietzsche commentera lui-même à 40 ans, ses écrits :

« je frémis à la pensée de tout l’injuste et l’inadéquat qui un jour ou l’autre se réclamera de mon autorité »

Extrait de Lettre à Mawilda von Meysenburg, juin 1884

A la lecture de l’histoire de Friedrich Nietzsche, en prenant connaissance de certains de ses écrits, la citation virale sur le net précédemment citée au début de cet article porterait aussi à se pencher sur le mot « consolation » :


« La pensée du suicide est une puissante consolation. Elle aide à bien passer plus d’une mauvaise nuit. »

Ne faudrait-il pas être dans une souffrance et une solitude insupportables pour chercher une consolation dans le fait d’envisager de se tuer nuit après nuit ?

Extrait

« Le promis de la vérité – toi ? ricanèrent-ils
non ! rien qu’un poète ! »

Friedrich NietzscheDithyrambes de Dionysos


Sources
Janz, Curt Paul., Nietzsche : biographie, Gallimard, 1984
http://coursdepianobourges.blogspot.com/2021/04/nietzsche-et-la-musique.html
https://lesbelleslettresblog.com/2019/05/22/nietzsche-le-poete-une-edition-complete-inedite
Photo Domaine public https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_Nietzsche




Rendez-vous le 11 juillet 2021 pour la diffusion du spectacle international solidaire « Ut Fortis » pour la prévention partagée

Pour rappel, le spectacle Ut Fortis a été inspiré par des travaux de recherche et des témoignages de soignants et de survivants.

L’histoire racontée sur scène s’inspire des expériences vécues (dont celle de Christina Goh également issue d’une famille qui a connu le suicide), des travaux de recherche de Shai Levinger, Eli Somer, de l’université de Haifa en Israël et de Ronald Holden de Queen’s University, Kingston, Ontario, Canada : « The Importance of Mental Pain and Physical Dissociation in Youth Suicidality » et des conférences « The fight against teen suicide begins in the classroom » de Brittni Darras et « Why we need to talk about suicide » de Mark Henick ; en prenant également en compte les recommandations de prévention des documentations de l’ IASP (International Association for Suicide Prevention) et de l’ UNPS (Union Nationale pour la prévention du Suicide).

La captation avec public à la Salle Thélème en partenariat avec l’Institut de Touraine a été réalisée avec les équipes de M Evenementiel et Muse & Ruse Production et des lumières assurées par Eric Lachery.

A noter dans l’agenda

Le spectacle en partenariat avec l’Institut de Touraine et le Réseau VIES 37 pour la prévention du suicide, sera en diffusion sur TV Tours Val de Loire le 11 juillet 2021 à 20H45.
A l’international, il sera visible en direct sur TVTours.fr à la même date (18H45 GMT / UT).

La captation du spectacle sera en diffusion unique les 11 juillet et 11 septembre 2021 sur TV Tours Val de Loire en France puis mise à la disposition gracieuse de structures ou d’associations dédiées à la prévention sur demande.

France / Avoir 20 ans… L’action et le confinement illustrés par Baptiste Auffray

En France, plusieurs confinements se seront succédés pour éviter la surcharge des hôpitaux. 20 ans en 2021, dans une région affectée par la pandémie de la Covid-19, dans la force de l’âge, dans un appartement de ville, comment gérer son énergie et se projeter face à l’incertitude d’un nouveau quotidien ?

Le réalisateur Baptiste Auffray (Muse & Ruse Production) présente une nouvelle vidéo « 20ème round » en accès libre dans le cadre de l’événement national « Avoir 20 ans – Filme ton quartier 2021 » en suivant deux boxeurs de 20 ans et un entraineur de boxe, éducateur sportif de jeunesse en France. Avoir 20 ans, être étudiant et/ou travailleur, sportif… Comment vivre un confinement ? Le document audio-visuel de 3 minutes 30 dévoile leurs confidences, leurs adaptations et le témoignage d’une sérénité précieuse et surprenante.

L’activité sportive rentre ici dans sa fonction première : contribuer à la santé physique mais aussi et surtout mentale.
Pour information, la pratique d’une activité sportive régulière et sans excès est aujourd’hui reconnue comme une contribution importante aux soins de santé. En 2013, l’étude suédoise publiée de l’Université de Göteborg et réalisée sur un millions de personnes, soulignait à quel point la pratique d’exercice physique pouvait contribuer au mieux-être. (Lire)

Baptiste Auffray de Muse & Ruse Production est aussi l’un des partenaires du spectacle solidaire UT FORTIS qui aura lieu le 11 juin 2021 à la salle Thélème de l’université de Tours.

Prévention du suicide. L’exemple du Japon

Ils sont nombreux à envisager le suicide comme un acte de courage et à prendre en exemple, et sans en connaître la complexité, certaines traditions séculaires comme celle du Seppuku (rituel du suicide du Samouraï, rituel officiellement abandonné par les Japonais en 1868), pour être réticents à la prévention. Mais vu du Japon, des survivants, des chercheurs, qu’en est-il de la prévention du suicide et comment cela est-il perçu selon les travaux diffusés ?

Les propos qui suivent sont extraits du document Suicide prevention strategies in Japan: A 15-year review (1998–2013). Journal of public health policy de Takeshima, Tadashi & Yamauchi, Takashi & Inagaki, Masatoshi & Kodaka, Manami & Matsumoto, Toshihiko & Kawano, Kenji & Katsumata, Yotaro & Fujimori, Maiko & Hisanaga-Probst, Ayaka & Takahashi, Yoshitomo

« Le taux de suicide au Japon a été alarmant, mais le Japon a fait des efforts considérables pour réduire ce taux, en faisant de la prévention une grande priorité. Ce rapport passe en revue les étapes de développement d’une politique globale de prévention du suicide au Japon de 1998 à 2013. Notre examen suggère que les activités de prévention du suicide ont été facilitées par le Basic Act pour la prévention du suicide de 2006 et les Principes généraux de la politique de prévention du suicide de 2007. Les taux de suicide au Japon, en particulier chez les hommes d’âge moyen, ont diminué de manière constante après 2009, ce qui suggère que ces initiatives ont été efficaces. »

Le Basic Act est crée et renforcé en 2006.

« L’objectif de la Loi fondamentale était de prévenir le suicide et de fournir un soutien aux survivants du suicide… Ses principes de base étaient les suivants :
– les activités de prévention du suicide doivent être examinées en tenant compte de la complexité des facteurs liés au suicide et être soutenues par l’ensemble de la société ;
– les efforts de prévention du suicide doivent être fondés sur le contexte social du suicide et ne pas être rejetés comme un simple problème de santé mentale ;
– les activités de prévention du suicide doivent inclure la prévention, l’intervention et la postvention (une intervention qui implique la fourniture d’un soutien aux membres de la famille et aux autres personnes affectés par un comportement suicidaire)
– et la prévention du suicide doit être menée efficacement avec l’étroite coopération du gouvernement central, des gouvernements locaux, des institutions médicales, des lieux de travail, des écoles et des organisations non gouvernementales (ONG). »

À notre connaissance, en 2006, le Japon est devenu le premier pays à adopter une loi créant spécifiquement une politique complète de politique de prévention du suicide.

Source Takeshima, Tadashi & Yamauchi, Takashi & Inagaki, Masatoshi & Kodaka, Manami & Matsumoto, Toshihiko & Kawano, Kenji & Katsumata, Yotaro & Fujimori, Maiko & Hisanaga-Probst, Ayaka & Takahashi, Yoshitomo. (2014). Suicide prevention strategies in Japan: A 15-year review (1998–2013). Journal of public health policy. 36. 10.1057/jphp.2014.42.

Des progrès en matière de prévention, mais des défis majeurs restent à relever

Source Japan turning a corner in suicide prevention / Organisation Mondiale de la Santé

Les investissements dans la prévention du suicide à l’échelle nationale semblent porter leurs fruits. En 2012, le nombre de suicides au Japon est passé sous la barre des 30 000 pour la première fois depuis 1998, une tendance progressive qui a débuté en 2009.

« Au départ, nous avons pensé que ce n’était que temporaire, une bavure« , explique le Dr Tadashi Takeshima, directeur du Centre japonais de prévention du suicide à l’Institut national de la santé mentale. « Mais en 2013, nous avons constaté une nouvelle baisse des chiffres ».

Les taux de suicide chez les hommes d’âge moyen et les personnes âgées sont en baisse. Ces baisses ont été observées dans de nombreuses localités, y compris dans les zones urbaines.

Malgré les progrès, le taux de suicide chez les jeunes au Japon reste élevé, reflétant une tendance observée dans d’autres pays du monde. Chez les jeunes de 15 à 29 ans, le suicide est la deuxième cause de décès dans le monde, selon un nouveau rapport de l’OMS.

« Nous sommes en retard dans les activités de prévention du suicide pour la jeune génération », note le Dr Takeshima. « Nous devons renforcer le soutien aux jeunes en améliorant leur environnement éducatif et professionnel. »

Source Japan turning a corner in suicide prevention / Organisation Mondiale de la Santé

Au cours du 1er trimestre 2021, un ministère de la solitude et de l’isolement a été crée au Japon. Source : https://www.japantimes.co.jp/news/2021/02/12/national/loneliness-isolation-minister.
Un modèle qui pourrait être adapté ailleurs et qui souligne à quel point la prévention du suicide est un problème de santé publique à envisager de manière intersectorielle et globale.

« …La prévention du suicide, ce n’est pas porter atteinte à la liberté d’autrui, c’est simplement lui témoigner que sa vie a de l’importance. »

Source https://www.cairn.info/revue-jusqu-a-la-mort-accompagner-la-vie-2013-4-page-5.htm

L’idée suicidaire. Quésaco ?

Elle fait peur et reste méconnue.
Mais le saviez-vous ? Un plan de sécurité permet d’en savoir plus et de prendre ses disposition quand elle survient :

« Tout le monde peut avoir des idées suicidaires à un moment de sa vie. Ce n’est ni être faible, ni « fou » ou imparfait, ni nécessairement présenter un trouble psychiatrique, c’est ressentir une douleur plus forte que ce qu’on est en capacité de supporter à un moment donné. La personne qui présente des idées suicidaires ne veut pas mourir : elle veut que sa souffrance s’arrête.
L’idée du suicide peut traverser l’esprit d’une personne sans pour autant l’amener à élaborer un plan et à passer à l’acte. Néanmoins des idéations suicidaires, sont un signal d’alarme indiquant qu’il est temps de prendre soin de soi en allant chercher de l’aide.
« 

Lire la suite sur le site de référence national / international infosuicide.org

Télécharger le guide (plan de sécurité) mis à disposition par infosuicide.org

#JNPS / Sessions questions et réponses lancée par le Réseau VIES 37 / La vidéo est en ligne

#JNPS 2021 / Inédit.
Questionnement sur le mal-être et réponses.


A l’occasion de la Journée Nationale de Prévention du Suicide et pour l’ouverture des JDPS 2021 (Journées Départementales de Prévention du Suicide en Indre et Loire), le Dr Marc Fillatre, président du Réseau VIES 37 et de l’Union nationale pour la prévention du suicide (France) répond aux questions qui lui ont été adressées via les réseaux sociaux lors de l’appel lancé le 5 janvier 2021.
Parmi les partenaires de l’opération, on peut retrouver l’initiative Ut Fortis de Christina Goh eProject.

Le saviez-vous ?

En Indre et Loire, le Réseau Vies 37 a mis à disposition de tous une affiche de prévention recensant tous les numéros d’écoute libre, toutes générations confondues. A télécharger et diffuser sans modération.

En savoir plus

Nouvelle résolution : Gérer son stress au quotidien. L’OMS publie un guide gratuit illustré et des exercices pratiques audio en 8 langues

L’excès de stress est nuisible. Au quotidien, mal gérer son stress peut occasionner bien de désagréments. L’Organisation Mondiale de la Santé met à disposition gratuitement des ressources en 8 langues.

Un guide illustré pour mieux comprendre la notion et gérer le stress.

Cliquer pour télécharger le guide dans la langue qui convient.

Des exercices quotidiens en audio

Ces courts exercices pratiques sont également gratuitement téléchargeables en arabe, chinois, français, anglais, hongrois, italien, roumain, russe, espagnol, turque et ukrainien.

Cliquer pour télécharger les fichiers audio sur le site de l’OMS

Des exercices sur les thématiques suivantes :
– La prise de conscience, l’ancrage, remarquer et nommer, se détacher des pensées désagréables, faire de la place, être aimable envers soi-même.