Le partage artistique du mois : L’apaisement / Jane Constance et Roberto Branly

Chaque mois, une vidéo musicale et un poème à partager
Mai / Juin 2021

Qu’importe les liens du sang, les artistes qui suivent retranscrivent l’affection profonde et la grande patience qui permettent à des êtres qui ont choisi d’avancer ensemble comme une famille, de prendre en charge leurs vulnérabilités respectives.
Pour ceux qui ont un peu plus d’expérience, contribuer à apaiser les émois de ceux dont la découverte de la vie est brutale.
Pour ceux qui sont éprouvés, accepter d’être aidés pour une vie supportable, et au mieux, un peu plus belle, afin de pouvoir transmettre à leur tour.

Musique : « A travers tes yeux » de Jane Constance (2016)

Avec ce titre, l’artiste de l’Ile Maurice pulvérise les charts en 2016. Connue en France par le biais du concours « The Voice Kids », Constance était déjà connue sur son île, dans l’Océan Indien, où elle chantait sur les grandes scènes. En 2017, elle devient la plus jeune artiste de l’UNESCO pour la paix, reconduite en 2020. Jane Constance est aveugle de naissance. Sa mère décide d’apprendre le braille très tôt pour aider sa fille à l’autonomie. La sérénité et la lumière de la voix de cette interprète exceptionnelle (qui n’hésite jamais à danser sur scène) se confirment dans une interview de 2017 où la jeune fille révèle sa paix : « Avant d’être aveugle, je suis d’abord moi, Jane »…

Même si le temps passe
Jamais je n’oublie,
Le souvenir de ma vie gravé en moi.

Poésie : « Réponse » de Roberto Branly (1920 – 2012)

Pour Roberto Branly, poète cubain, l’art poétique est un moyen de connaissance. Dans « Réponse », qu’il dédie à « à un jeune écrivain, exclusivement agnostique? » (agnostique, pour qui l’absolu est insaisissable), l’auteur propose son évidence et donne une troublante définition de ce que pourrait être la mémoire. Un chaos ou une lumière. Choisir le souvenir pour avancer : à nous de privilégier la marche, chaque jour, vers un apaisement, déjà dans cette vie.

La mémoire, simplement,
dans l’obscurité,
peut être le fil d’une épée,
le nœud dans une corde, le chaos,
la propre voix comme un marteau
dans le silence;
ou, au contraire,
une étoile jeune
brillant, étonnamment,
sur le fond de la nuit.

Découvrir la rubrique "Le partage artistique du mois"
A chaque fois, une vidéo musicale et un poème
.