Dossier spécial JNPS 2021 en France / Focus sur « Fleur d’eau »

Le 5 février 2021 est la Journée Nationale de Prévention du Suicide en France. Une occasion signifiante pour pouvoir parler d’un sujet mal connu ou tabou ; surtout, une occasion de pouvoir parler de nos vies et de ces raisons, parfois ignorées, qui nous donneraient envie de trouver de nouvelles ressources !

Ici, on est loin du fantasme nuisible du « suicide hero ».
C’est juste douloureux, pénible, une prison intime pour la personne concernée et pour son entourage. Je le sais par expérience.

Christina Goh / Initiative Ut Fortis

Retour sur « FLEUR D’EAU » en partenariat avec l’Office National des Forêts France

Avec ce court-métrage tourné dans la forêt domaniale de Loches, la vocaliste Blues Christina Goh illustre en images et met en musique le poème de Marceline Desbordes-Valmore, autrice référente discrète mais intemporelle du 19eme siècle.

Fusion des styles, des époques, des réalités et un patrimoine au service d’un poème vocalisant le non dit et la consolation.

L’artiste réunit la troupe médiévale des Passeurs de Légendes de Touraine, le jazzman parisien accordéoniste Maxime Perrin et la guitariste rock américaine Catherine Capozzi pour illustrer en musique un court-métrage réalisé par Baptiste Auffray, cinéaste bien connu du milieu hip hop tourangeau.

Fleur d’eau – Paroles

Fleur naine et bleue, et triste, où se cache un emblème,
Où l’absence a souvent respiré le mot : J’aime !
Où l’aile d’une fée a laissé ses couleurs,
Toi, qu’on devrait nommer le colibri des fleurs,
Traduis-moi: porte au loin ce que je n’ose écrire;
Console un malheureux comme eût fait mon sourire:
Enlevée au ruisseau qui délasse mes pas,
Dis à mon cher absent qu’on ne l’oubliera pas !

Dis qu’à son cœur fermé je vois ce qui se passe;
Dis qu’entre nos douleurs je ne sens pour espace
Que ton voile charmant d’amitié, que toujours
Je puise dans ma foi les vœux que tu lui portes,
Que je les lui dédie avec tes feuilles mortes,
Frêles et seuls parfums répandus sur mes jours;
Dis qu’à veiller pour lui mon âme se consume,
Qu’elle a froid, qu’elle attend qu’un regard la rallume !
Qu’un regard la rallume

Fleur naine et bleue, et triste, où se cache un emblème,
Où l’absence a souvent respiré le mot: J’aime!
Où l’aile d’une fée a laissé ses couleurs,
Toi, qu’on devrait nommer le colibri des fleurs,
Traduis-moi : porte au loin ce que je n’ose écrire…

Dis que je veux ainsi me pencher sous mes pleurs,
Ne trouver nulle joie au monde, au jour, aux fleurs;
Que la source d’amour est scellée en mon âme,
Que je sais bien quelle âme y répondrait encor,
Dont je serais la vie, et qui serait ma flamme;
Il le sait bien aussi: mais cette âme, elle dort;
Elle dort dans l’absence où s’effeuille ma vie,
Où tu me dis pourtant que j’en serai suivie,
Et ranimée un jour. Mais qu’il nous faut encor,
Lui, brûler; moi, languir pour contenter le sort.
Va donc comme un œil d’ange éveiller son courage;
Dis que je t’ai cueillie à la fin d’un orage;
Que je t’envoie à lui comme un baiser d’espoir
Et que se joindre ainsi c’est presque se revoir !

Fleur naine et bleue, et triste, où se cache un emblème,
Où l’absence a souvent respiré le mot: J’aime!
Où l’aile d’une fée a laissé ses couleurs,
Toi, qu’on devrait nommer le colibri des fleurs,
Traduis-moi: porte au loin ce que je n’ose écrire;
Console un malheureux comme eût fait mon sourire
Enlevée au ruisseau qui délasse mes pas,
Dis à mon cher absent qu’on ne l’oubliera pas !

Le spectacle dédié solidaire Ut Fortis est programmé le 8 juin 2021 à la Salle Thélème de l’Université de Tours et peut se vivre dans son essence (Nectar!) depuis 2020 dans des réalisations audio-visuelles sur l’Internet.

Pour aller plus loin