« Lyra » et les couleurs de la vie par Mary Bichner, invitée de UT FORTIS – Spectacle solidaire

Mary Bichner, invitée de du spectacle dédié Ut Fortis, vient de sortir une nouvelle vidéo « Lyra » en accès libre en collaboration avec le Planétarium du Musée de Sciences de Boston, basée sur la synesthésie de Mary dont les sens associent notes de musique et couleurs pour une « audition colorée » (terme crée par le synesthète Kandisky).
Dans la vidéo, le planétarium affiche ce que Mary voit en temps réel comme couleurs associées à la musique.

Pour rappel, la synesthésie est un phénomène neurologique (facteur génétique) par lequel deux ou plusieurs sens sont intrinsèquement associés. C’est le cas de Mary Bichner :  elle perçoit les notes de musique aussi sous forme de couleurs. Depuis plusieurs années, Bichner travaille en étroite collaboration avec les scientifiques : différents test ont été réalisés sur la nature de sa synesthésie à Harvard aux Etats-Unis. Depuis plusieurs saisons, la compositrice présente en collaboration avec le musée des sciences de Boston, un concert exceptionnel « Synesthésia suite – Constellations ». Sous le grand dôme du planétarium, sont projetées en 3D des images représentant la musique telle que Mary la voit : « entendre les couleurs » et « voir les sons »…

Découvrir le titre « Lyra » écrit par l’orchestratrice et vocaliste, tout en douceur, qui décrit cette étape de l’amour rarement évoquée, celle où l’on choisit d’être discret et patient : « Don’t you regognize me yet ? » (ne me reconnais tu pas encore ?) Respecter l’autre dans son cheminement.

A noter en ce moment au Centre Pompidou de Paris, en collaboration avec Google Arts et Culture, un focus sur la synesthésie pour mieux comprendre l’univers des synesthètes comme Mary. Perspectives en lumières et couleurs. Découvrir l’exposition en ligne Dans l’intimité de Kandinsky.

Mary Bichner est une des invités du spectacle solidaire « UT FORTIS – L’histoire musicale d’une lutte intérieure » qui aura lieu le 11 juin 2021 à la salle Thélème de l’Université de Tours en partenariat avec l’Institut de Touraine.

Auparavant, l’artiste sera également en masterclass avec les étudiants de l’Institut de Touraine le 9 juin 2021.

Les liens utiles
Le spectacle Ut Fortis
Le site officiel de Mary Bichner

Prévention du suicide. L’exemple du Japon

Ils sont nombreux à envisager le suicide comme un acte de courage et à prendre en exemple, et sans en connaître la complexité, certaines traditions séculaires comme celle du Seppuku (rituel du suicide du Samouraï, rituel officiellement abandonné par les Japonais en 1868), pour être réticents à la prévention. Mais vu du Japon, des survivants, des chercheurs, qu’en est-il de la prévention du suicide et comment cela est-il perçu selon les travaux diffusés ?

Les propos qui suivent sont extraits du document Suicide prevention strategies in Japan: A 15-year review (1998–2013). Journal of public health policy de Takeshima, Tadashi & Yamauchi, Takashi & Inagaki, Masatoshi & Kodaka, Manami & Matsumoto, Toshihiko & Kawano, Kenji & Katsumata, Yotaro & Fujimori, Maiko & Hisanaga-Probst, Ayaka & Takahashi, Yoshitomo

« Le taux de suicide au Japon a été alarmant, mais le Japon a fait des efforts considérables pour réduire ce taux, en faisant de la prévention une grande priorité. Ce rapport passe en revue les étapes de développement d’une politique globale de prévention du suicide au Japon de 1998 à 2013. Notre examen suggère que les activités de prévention du suicide ont été facilitées par le Basic Act pour la prévention du suicide de 2006 et les Principes généraux de la politique de prévention du suicide de 2007. Les taux de suicide au Japon, en particulier chez les hommes d’âge moyen, ont diminué de manière constante après 2009, ce qui suggère que ces initiatives ont été efficaces. »

Le Basic Act est crée et renforcé en 2006.

« L’objectif de la Loi fondamentale était de prévenir le suicide et de fournir un soutien aux survivants du suicide… Ses principes de base étaient les suivants :
– les activités de prévention du suicide doivent être examinées en tenant compte de la complexité des facteurs liés au suicide et être soutenues par l’ensemble de la société ;
– les efforts de prévention du suicide doivent être fondés sur le contexte social du suicide et ne pas être rejetés comme un simple problème de santé mentale ;
– les activités de prévention du suicide doivent inclure la prévention, l’intervention et la postvention (une intervention qui implique la fourniture d’un soutien aux membres de la famille et aux autres personnes affectés par un comportement suicidaire)
– et la prévention du suicide doit être menée efficacement avec l’étroite coopération du gouvernement central, des gouvernements locaux, des institutions médicales, des lieux de travail, des écoles et des organisations non gouvernementales (ONG). »

À notre connaissance, en 2006, le Japon est devenu le premier pays à adopter une loi créant spécifiquement une politique complète de politique de prévention du suicide.

Source Takeshima, Tadashi & Yamauchi, Takashi & Inagaki, Masatoshi & Kodaka, Manami & Matsumoto, Toshihiko & Kawano, Kenji & Katsumata, Yotaro & Fujimori, Maiko & Hisanaga-Probst, Ayaka & Takahashi, Yoshitomo. (2014). Suicide prevention strategies in Japan: A 15-year review (1998–2013). Journal of public health policy. 36. 10.1057/jphp.2014.42.

Des progrès en matière de prévention, mais des défis majeurs restent à relever

Source Japan turning a corner in suicide prevention / Organisation Mondiale de la Santé

Les investissements dans la prévention du suicide à l’échelle nationale semblent porter leurs fruits. En 2012, le nombre de suicides au Japon est passé sous la barre des 30 000 pour la première fois depuis 1998, une tendance progressive qui a débuté en 2009.

« Au départ, nous avons pensé que ce n’était que temporaire, une bavure« , explique le Dr Tadashi Takeshima, directeur du Centre japonais de prévention du suicide à l’Institut national de la santé mentale. « Mais en 2013, nous avons constaté une nouvelle baisse des chiffres ».

Les taux de suicide chez les hommes d’âge moyen et les personnes âgées sont en baisse. Ces baisses ont été observées dans de nombreuses localités, y compris dans les zones urbaines.

Malgré les progrès, le taux de suicide chez les jeunes au Japon reste élevé, reflétant une tendance observée dans d’autres pays du monde. Chez les jeunes de 15 à 29 ans, le suicide est la deuxième cause de décès dans le monde, selon un nouveau rapport de l’OMS.

« Nous sommes en retard dans les activités de prévention du suicide pour la jeune génération », note le Dr Takeshima. « Nous devons renforcer le soutien aux jeunes en améliorant leur environnement éducatif et professionnel. »

Source Japan turning a corner in suicide prevention / Organisation Mondiale de la Santé

Au cours du 1er trimestre 2021, un ministère de la solitude et de l’isolement a été crée au Japon. Source : https://www.japantimes.co.jp/news/2021/02/12/national/loneliness-isolation-minister.
Un modèle qui pourrait être adapté ailleurs et qui souligne à quel point la prévention du suicide est un problème de santé publique à envisager de manière intersectorielle et globale.

« …La prévention du suicide, ce n’est pas porter atteinte à la liberté d’autrui, c’est simplement lui témoigner que sa vie a de l’importance. »

Source https://www.cairn.info/revue-jusqu-a-la-mort-accompagner-la-vie-2013-4-page-5.htm

France : UT FORTIS, en captation concert le 11 juin 2021 à la Salle Thélème – Université de Tours

Musique, exploration artistique et mieux-être. Rendez-vous le 11 JUIN 2021 pour la captation du concert interculturel et solidaire Ut Fortis à la salle Thélème de l’Université de Tours, en partenariat avec l’Institut de Touraine, qui sera ouvert au public en fonction des lois et protocoles sanitaires qui seront en vigueur à la période. Découvrir.

Un événement labellisé « Nouvelles Renaissances 2021 ».