Le partage artistique du mois : La ressource / Pura Fé, Tina Turner et Rabindranath Tagore

Chaque mois, une vidéo musicale et un poème à partager
Avril 2020

Musique : Let heaven show de Pura Fe & I don’t wanna fight de Tina Turner

Elles sont les « mères » de la musique contemporaine actuelle, fortes de leurs convictions et sereines de leurs vécus. Éprouvées, elles se sont réinventées. Sans avoir rien à prouver, elles continuent tranquillement à tisser les ponts au-delà des frontières, et entre les générations, démontrent qu’il peut y avoir une vie sereine après toute crise, aussi particulière soit-elle.

Pura Fé – Let Heaven show (2007)

Pura Fé est une vocaliste indépendante reconnue dans le monde entier pour sa finesse et le sens de son art, compositrice, enseignante et activiste originaire des peuples Tuscarora et Taino initiatrice du groupe traditionnel amérindien Ulali. D’abord formée à l’American Ballet Theatre, ayant connu l’univers de Brodway, elle prend ensuite le chemin du jazz et assume la sensibilité de ses tribus, de leurs codes et leurs histoires dont elle est une passeuse.

Is there any reason to guess what is known in time?
Y a-t-il une raison de deviner ce qui sera su en son temps ?
Is there any reason to say you just know in your heart
Y-a-t-il une raison de te dire ce que tu sais déjà dans ton coeur ?
And let it go and let heaven show
(De te dire) Passes à autre chose et laisse le ciel montrer ce qui se doit…

Tina Turner – I don’t wanna fight (1993)

Tina Turner, artiste internationale a fêté ses 80 ans récemment et continue son chemin. En 1993, le titre « I don’t wanna fight » illustre sa biographie, depuis son enfance dans une famille modeste jusqu’à son succès, sa fuite et son divorce pour échapper aux maltraitances d’un couple toxique. Elle en ressortira encore plus forte.

I don’t care who’s wrong or right
Cela m’est égal qui a tort ou raison
I don’t really want to fight no more (tired of all these games)
Je ne veux vraiment plus me battre (fatiguée de tous ces jeux)
…But baby, don’t you know
Mais bébé, ne sais tu pas
That I don’t want to hurt no more
Que je ne veux plus jamais blesser
This is time for letting go
Il est temps de passer à autre chose

Poème : Citation de Rabindranath Tagore (1861 – 1941)

Rabindranath Tagore compose ses premiers poèmes à l’âge de 8 ans. Compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe indien (Bengale) témoin du changement de siècle de son pays et prix Nobel de littérature en 1913. Tagore se préoccupe dans certaines de ses œuvres de « l’anormale conscience de caste » en Inde et du sort des intouchables, malgré son appartenance à la caste des brahmanes. Voyageur infatigable de son époque, sa poésie est un hymne à la vie et au mouvement de l’être.

Je sens que toutes les étoiles palpitent en moi.
Le monde jaillit dans ma vie comme une eau courante ; les fleurs s’épanouiront dans mon être.

Tout le printemps des paysages et des rivières monte comme un encens dans mon cœur, et le souffle de toutes choses chante en mes pensées comme une flûte...

Extrait de L’offrande lyrique

Découvrir la rubrique "Le partage artistique du mois"
A chaque fois, une vidéo musicale et un poème.




Prévention du suicide : L’état d’urgence mondial depuis 2014 et la crise du Covid19

Il est peut-être temps d’user de bienveillance avec vos proches, quels qu’ils soient, face à la détresse parfois muette relative à la situation particulière liée au Covid19.
Vous vous sentez à bout ? Vous n’êtes pas le seul…

Cet article est un humble appel.

En ces temps particuliers, il est vital de savoir que l’état d’urgence mondial pour la prévention du suicide avait été décrété depuis 2014 par l’Organisation Mondiale de la Santé avec un rapport (malheureusement toujours d’actualité) et un appel en urgence à tous les pays et tous les secteurs.

Aujourd’hui, avec la pandémie du Covid19, face à la versatilité des nouvelles, l’omniprésence des décomptes des décès, la violence de certaines situations de confinement et le changement brutal de paradigmes, la pression peut être forte pour tous.

La santé inclut un bien être physique et mental.

La plupart des relais d’écoute bénévoles en cas de crise ou de situations de stress intense reste accessible même en temps de confinement.
– Des Liens utiles sur le site de l’Union Nationale pour la Prévention du Suicide France
– Des Liens utiles pour les relais dans le monde entier (Anglais) sur le site de l’International Association for Suicide Prevention.

Gérer le trop de stress

Télécharger l’excellente fiche Stress, anxiété et déprime associés à la maladie à coronavirus COVID-19 du gouvernement du Québec.

Extrait rapport
Le suicide est un problème qui touche le monde entier et presque toutes les tranches d’âge. Au niveau mondial, les taux de suicide sont supérieurs chez les personnes âgées de 70 ans ou plus. Mais dans certains pays, c’est chez les jeunes qu’ils sont le plus élevés. Fait notable, le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-29 ans dans le monde.

Communiqué (lien Communiqué – Premier rapport de l’OMS sur la prévention du suicide 2014 sur le site de l’OMS).

Les personnes dans la détresse psychologique, bien souvent, ne l’affichent pas. Communiquer, prendre des nouvelles, un premier pas pour la prévention du suicide : tous acteurs dans le quotidien et sans préjugés !

Confinement / Musique et mieux-être : « Miroir (The Blue Light Effect) » est offert

Solidarité : La vocaliste internationale Christina Goh offre en téléchargement gratuit son nouveau single « Miroir (The Blue Light Effect) ».

Graphisme Gerd Altmann

Ce single est une trace. Trace du ressenti d’impuissance face au deuil et au manque, de reconnaissance pour ceux qui essaient… Une période étrange et un titre électronique en harmonie avec ces machines qui nous permettent de rester en contact. A tous les innovateurs au service d’une éthique, celle du mieux-être du plus fragile… Christina Goh

Miroir (The Blue Light Effect) – Les paroles

Oui c’est un miroir
Triste image de nos peines
Et reflet de nos joies
Ramassées à la pelle
Loin de toute gloire

Loin de toute gloire

C’est bien le mouroir
De nos sanglots, et nos cœurs
Racontent le temps oublié
De victoires
J’aimerai nous y voir

J’aimerai nous y voir

Car ainsi
Se tait l’inscience
Même si je t’entends
Rire
Pour ne pas détruire
Car ici
Se pare le silence…

Nous c’est un miroir
Triste image de nos peines
Et reflet de nos joies
Ramassées à la pelle
Rejoins moi que l’on danse
Ce soir, chantent nos silences

Rejoins moi que l’on danse
Ce soir, chantent nos silences

//Extrait communiqué//

Le travail sur l’opus électronique a été réalisé par Christina Goh en collaboration avec des instrumentistes confinés avec un mixage de David Perraudin, un mastering des studios tourangeaux Concept Prod et l’oeuvre du graphiste allemand Gerd Altmann pour le visuel. 

  • Peewaï (B-Side), multi-instrumentiste et initiateur du groupe métal Black Hole Density basé en Martinique. Son talent d’instrumentiste professionnel n’a d’égal que son engagement sur le terrain comme infirmier et secouriste en mer.
  • Boris Reine-Adélaïde, beatmaker et percussionniste basé à Sao Paulo Brésil. Sa formation comme manipulateur en radiologie médicale en fait aujourd’hui un “tambouyé” avec une perspective unique.
  • Maxime Perrin, accordéoniste reconnu et son concept Urban Jazz basé en Ile de France. Multi instrumentiste, enseignant, musicien de scène, improvisateur et beatmaker.

Single Miroir (The Blue Light Effect) – Sortie officielle le 4 avril 2020
Cliquez pour télécharger le mp3 (clic droit sur la barre de son qui s’affichera).